Azzaro

Azzaro, Luxe, paillettes et perles de cristal…

show room azzaro

Loris Azzaro (1933-2003) né à Tunis et de parents Italiens, garde ses origines méditerranéennes pour la mise en scène et de l’apparat. Ce fameux styliste-créateur a le don de faire briller les stars et toutes les femmes…

Déjà tout jeune, Loris Azzaro se confectionnait des tenues dandy sur la machine à coudre de sa grand-mère et fait fureur dans les rues de la capitale tunisienne. Mais c’est l’amour de sa vie qui lui donne l’impulsion d’improviser des bijoux faits de strass et de perles dénichés aux souks.

C’est en 1962, sur Paris, que Loris trouve sa voie. Il commença à vendre des boléros en résille de jais et des bijoux qu’il vend à Jacqueline Jacobson de la célèbre boutique Dorothée. Le succès est imminent, il monte un atelier dans le quartier de l’Opéra. S’affichant comme le fils illégitime de Marlene Dietrich et d’un compte italien, il distille ses leçons de style à tout va et est de plus en plus sollicité. Ça brille et ça plaît!

Pionnier dans l’utilisation du fil métal souple et les perles pour faire des toilettes réservées aux nuits tapageuses. Des robes indémodables et inoubliables qu’il fait tricoter par des concierges, des retraités et même les poinçonneuses du métro. Les seules à manier aiguilles et crochet à toute allure.

L’un de ses modèles, ajouré et doté de cercles de métal, est tant plébiscité par la presse magazine que le couturier en herbe monte en 1968 sa propre maison de couture rue Faubourg-Saint-Honoré. Le succès est encore au rendez-vous. Après les costumes pour les danseuses du Crazy Horse, les tenues de scène d’Elizabeth Taylor, Tina Turner, Maria Callas ou Brigitte Bardot, Loris Azzaro est adulé par toute la jet-set qui se presse chez lui trouver la pièce rare…S’il aime les formes exagérées, il affectionne tout particulièrement les fourreaux, les bustiers drapés, les jeux de transparences et les plissés dont il revêt les plus beaux corps du cinéma qui, de Raquel Welch à Claudia Cardinale, Sophia Loren, Marisa Berenson (petite fille d’Elsa Schiaparelli), Isabelle Adjani ou Vanessa Paradis, n’ont que son nom à la bouche.

Malgré la mise en place de lignes masculines dès 1993, Loris Azzaro poursuit son rêve, rendre les femmes toujours plus sensuelles et brillantes pour éblouir les hommes.

Un an avant sa disparition, la maison est rachetée par le groupe Frey. Vanessa Seward est choisi pour le succéder et reste à la tête de la griffe jusqu’en 2011. Formée chez Chanel et Yves Saint Laurent, la créatrice originaire du Buenos Aires est toujours restée fidèle aux inspirations vestales d’Azzaro.

Côté accessoires, aujourd’hui, une ligne pour homme de sac et ceinture Azzaro.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s